Repères de la mémoire – Rabat

 

Présentation

Tous les ouvrages de la Collection ″Repères de la Mémoire″ portent le même Avant-Propos, qui introduit l’ouvrage consacré au Rabat de cette Collection. Plutôt que de le paraphraser ou de le reproduire dans cette introduction, il est préférable d’y renvoyer le lecteur qui y trouvera les assises conceptuelles, les orientations et les objectifs de cette Collection et d’en évaluer les résultats.

Le contexte

L’on peut tout simplement rajouter, rétrospectivement, que ce travail a été initié et suivi de très près au Ministère de l’Habitat par Monsieur Abdessattar Elamrani-Jamal, Secrétaire Général de ce Département et sans lequel cette Collection n’aurait jamais existé. Pour lui le destin des archives photographiques du Ministère (plus de 60.000 épreuves) était lié à leur valorisation contemporaine et cette intime conviction fut progressivement partagée ; ce qui en retour sauva les archives photographiques. L’on peut rajouter également que ce travail s’est déroulé de 1991 à 1998, que les dix ouvrages réalisés regroupent plus de 1.100 pages et plus de 2.500 photographies et que c’est un travail collectif qui a fait appel à de nombreux collaborateurs et collaboratrices ainsi qu’à de nombreuses ″personnes-ressources″, passionnées de chaque ville étudiée qui, en tant que témoins d’événements, nous ont offert des récits d’histoires vécues et les souvenirs de leur ville qui n’ont souvent pas fait l’objet d’écrits. Ajouter aussi que les photographies d’actualisation, termes de référence des photographies du début du siècle dernier, qui font la richesse du fonds documentaire du Ministère, ont été les œuvres de Michel Nachef, photographe professionnel, qui a couvert tous les numéros.

Parcours

″Repères de la Mémoire″ a fait l’objet de nombreuses présentations et expositions notamment une première inauguration en avril 1994, à Marrakech à l’occasion de l’Accord final officialisant le passage du GATT à l’Organisation Mondiale du Commerce, que la Collection fut nominée en France par l’Académie d’Architecture, pour le Prix du Livre d’Architecture, qu’elle a fait l’objet d’émissions radiophoniques, notamment au microphone de la défunte émission ″Paroles d’Esplanade″ du Pr. Abdelmajid Benjelloun, au cours de six émissions d’une heure hebdomadaire chacune, etc.

J’espère que l’intérêt qui sera porté au numéro ″rescapé″ en numérique, suscitera suffisamment d’engouement pour prendre connaissance des autres livraisons qui composent cette Collection. Livraisons disponibles, en totalité ou en partie, à la Bibliothèque Générale, au Centre de Documentation de l’Ecole Nationale d’Architecture, au Centre de Documentation ″La Source″, au Centre d’études arabes de l’Ambassade de France. Il est permis de rêver que la Collection, initiée il y a vingt ans, offerte à des Chefs d’Etat par deux Souverains du Royaume du Maroc, ne soit totalement réactualisée, tant sous forme de livres que de CD Rom ou DVD, gravant sur un support de moins de cent grammes bien plus que ce qui s’étalait sur plus de dix kilogrammes de papier.

Une relève entre anges et démons

Il est difficile de clore cette présentation sans adresser mes remerciements à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont tenté d’entraver les différentes livraisons de cette Collection. Ils ont, du fait des obstacles dressés, obligé ceux et celles impliqués dans la confection d’un ouvrage parmi d’autres, à se dépasser pour surmonter des interdits inattendus. Un seul exemple, parmi bien d’autres, la reconstitution exceptionnelle de la plaque de fondation d’une médersa en une planche aquarellée bien plus belle que l’original, qu’il ne nous avait pas été permis de photographier et qui malgré tout a fait première de couverture d’un des numéros de ″Repères de la Mémoire″.

Mes remerciements enfin à celles qui ont tant donné à cette Collection, Mesdames Kaoutar Séfiani, Leila Sbihi, Laila Haddaoui, auteure ou co-auteure d’une livraison ou de plusieurs, collaboratrices à une ou deux livraisons et qui ont illuminé, avec passion et talent, cette épopée. Elles ont parallèlement mené des recherches historiques approfondies, exécuté de leurs mains habiles des plans, des dessins, des aquarelles, composant de nombreuses pages et double-pages de chaque numéro de cette Collection. Enfin rien n’aurait été possible sans les apports multiples des ″Saints Patrons″ de cette somme colossale de photographies, dont un bon pourcentage sur plaques de verre, et dont eux seuls connaissaient les mystères. Merci à Lahsen Oujaa, à Mohamed Laabizat, à Ahmed Chentibi et à feu Moulay Abderrahman Essoulaimani qui, en connaissance de cause, se sont totalement investis, durant des décennies, dans ce travail de préservation de la mémoire urbaine de notre pays.

Said Mouline
Rabat, le 28 juin 2012

 

© Marocpluriel 2017.